le site officiel de Dominique Venner

Ceux qui, demain, feront l’Histoire…

Categorie(s) : Actualité, Critique, Livre, Signature, publié le 3 mai 2012
L'imprévu dans l'Histoire

Dominique Venner sera au Salon du Livre de Radio Courtoisie, Le dimanche 24 juin 2012, de 11 h à 18 h, à Paris, Espace Champerret.
Il y signera ses derniers livres, notamment Le Choc de l’Histoire (Via Romana) et L’Imprévu dans l’Histoire. Treize meurtres exemplaires (Pierre-Guillaume de Roux).

Au sujet de cet ouvrage, on pouvait lire l’article suivant dans le numéro d’avril de Spectacle du Monde. Sa conclusion nous intéresse tous : D’où viendront ceux qui, demain, feront l’Histoire ?

Treize nouvelles policières. Elles racontent autant de meurtres politiques ayant parfois changé la face du monde. Parmi les plus célèbres ceux de Trotski, de l’amiral Darlan ou de John Kennedy. Ont-ils été les plus décisifs ? Ce n’est pas certain. Un exemple parmi les moins connus : celui du ministre impérial Piotr Stolypine. Après les émeutes de 1905, il avait sorti la Russie des bouleversements de sa première révolution, restructuré les services de maintien de l’ordre et découragé les organisateurs de la contestation idéologique, Trotski exilé aux Etats-Unis ou Lénine errant de ville en ville. Les principales oppositions, parlementaire et sociale démocrate, laissant alors place à celle de l’impératrice et de la noblesse. Mais l’assassinat de Stolypine, en 1911, doublé de celui de Raspoutine, en 1916, déstabilise le pouvoir des Romanov et, comme le rappelle Venner, ouvre la voie à la future prise de pouvoir par les bolcheviques, en 1917. Le sort du monde a été modifié par la mort d’un seul homme.

Autre exemple décisif de ces petits cailloux qui dévient le torrent de l’histoire : l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, à Sarajevo, le 28 juin 1914. Voilà qui déclenche un conflit austro-serbe puis, par un incroyable enchaînement de circonstances et d’alliances, un conflit austro-russe, une réponse allemande à la Russie et, à la réponse allemande, une réplique française à laquelle se rallie le Royaume-Uni. La Grande Guerre commence. Quatre longues années de conflit, huit millions de morts, autant de blessés, un destin européen basculé et donc celui de la planète entière. Le devenir des peuples n’est jamais sûr. Des événements inopinés, dont la portée pourrait sembler limitée, occasionnent parfois ces sortes de cataclysmes.

Telle est la richesse des treize récits proposés par Dominique Venner, apologues de ces moments où, pour l’imaginaire ultérieure, le cours de l’histoire semble trembler, ou chanceler, ou chavirer, suspendu à un échec ou à une réussite mineure. Claus von Stauffenberg aurait pu tuer Hitler le 20 juillet 1944. La forte épaisseur du bois d’une table protégea le Führer et fut un autre instrument du destin, pour quelques mois encore.

Il y aussi des crimes aux conséquences paradoxales, qui se retournent contre leurs auteurs. A Rome en mars 1978, l’enlèvement d’Aldo Moro, leader historique de la Démocratie chrétienne, semble consacrer l’invincibilité du pouvoir terroriste des organisations liées aux Brigades rouges. Mais le contraire apparaît progressivement au grand jour : c’est après l’assassinat d’Aldo Moro, en mai, que la réorganisation des services de police améliore la lutte antiterroriste dans le nord de l’Italie et décime, en quatre ans, l’essentiel des organisations brigadistes.

Pour Venner, le récit qui donne à comprendre l’inattendu est plus fertile en enseignements que les concepts qui théorisent sans fin l’histoire en devenir. Marx avait prédit que les riches sociétés industrielles connaîtraient toutes une révolution définitive qui, dans les faits, n’a atteint que temporairement des pays agricoles et pauvres. Autant dire que l’art politique est moins celui des systèmes de pensées que celui des circonstances, des ruses que certains déploient pour transformer les vicissitudes du moment en leviers de l’action. La vieille leçon de l’Odyssée d’Homère, la célébration du règne de l’inattendu qu’apprécie tant Venner, est de nos jours trop négligée. L’épreuve d’histoire a disparu à Sciences-Po et celle d’athlétisme à l’ENA. Autant dire que ceux qui demain feront l’histoire viendront d’ailleurs.

 Jean-François Gautier

Le Spectacle du Monde, Avril 2012, n°588.

 Notes

L’Imprévu dans l’histoire. Treize meurtres exemplaires
Par Dominique Venner
Edition, Pierre-Guillaume de Roux, 272p., 22€