le site officiel de Dominique Venner

Benoît XVI. Il est parti en beauté !

Categorie(s) : Actualité, Réflexions, publié le 19 février 2013
Pape-Benoit-XVI

La renonciation annoncée par Benoît XVI le 11 février a été unanimement saluée avec respect comme un acte de courage et d’humilité. Ayant senti que les forces allaient lui manquer pour exercer son « ministère d’évêque de Rome », il a décidé de se retirer. Décision inédite, que l’on dirait stoïcienne, en contradiction avec la conception sacrale de l’élection pontificale. Sans doute le pape est-il élu par des hommes, mais l’intervention de l’Esprit saint lui donne en principe la force d’assumer cette charge quelles que soient les faiblesses inhérentes à sa nature, ce qui était jusque-là la règle implicite.

Tout a été dit sur les soucis qui auraient aggravé un état de santé déjà défaillant. Les machinations, complots et scandales ne sont pas une nouveauté dans l’histoire du Saint Siège. Après des affaires de pédophilie au sein de l’Église, les fuites de courriers confidentiels impliquant le propre majordome de pape (Vatileaks), les accusations de « blanchiment » visant la banque du Vatican (IOR) et son directeur Ettore Tedeschi, contraint de démissionner, l’échec des tentatives répétées de résorption du schisme traditionaliste, il semble que l’énergie et le temps n’ont pas été accordés au Souverain Pontife pour mettre de l’ordre dans une institution complexe où les défaillances humaines et les luttes de pouvoir ont toujours pesé lourd. Par surcroit, Benoît XVI avait une conscience aigue de la « fatigue du christianisme », thème souvent abordé durant son pontificat et repris le 11 octobre 2012 pour la célébration du cinquantième anniversaire du concile Vatican II. Un thème que le cardinal Ratzinger avait déjà développé peu avant son élection, à Rome, lors du Chemin de croix, en 2005 : « Ton Église nous semble souvent une barque prête à couler, une barque qui prend l’eau de toute part. Dans ton champ, nous voyons plus d’ivraie que de bon grain. Les vêtements et le visage si sale de ton Église nous effraient, mais c’est nous-mêmes qui les salissons ! »

Ce n’est pas la première fois dans sa longue histoire que la papauté est confrontée à des scandales qui contredisent l’image d’une religion d’amour et de pauvreté. Contradictions qui l’ont souvent fragilisée sans la détruire (1). D’un point de vue strictement historique (le mien), il est fascinant d’observer la permanence de cette institution à travers tant de siècles, de périls et de papes indignes ou scandaleux. Cela attire l’attention sur la capacité des institutions à durer en dépit des défaillances humaines de leurs représentants. De ce point de vue, l’Église catholique n’est en rien une exception. Bien d’autres grandes religions ont perduré à travers les millénaires, l’hindouisme, le bouddhisme, l’orthodoxie chrétienne, le judaïsme, l’islam, sans compter le confucianisme ou la franc-maçonnerie.

Plusieurs fois, j’ai donné mon interprétation d’historien sur la permanence des grandes religions comparée à la caducité des institutions politiques. Dans Le Choc de l’Histoire, j’ai développé une réflexion opposant la durée des religions intemporelles au brutal effondrement des grandes religions politiques du XXe siècle (communisme, fascisme, national-socialisme) qui, après avoir mobilisé l’enthousiasme ou le fanatisme de foules immenses, ont soudain disparu ne laissant subsister que des cendres mortes (2). Contrairement aux religions politiques, les religions intemporelles ne sont pas soumises au verdict des résultats. Ce qu’elles offrent est d’ordre moral, imaginatif ou spirituel, sans obligation de résultats tangibles. Ce qu’elles offrent ne se périme pas. Elles ne proposent pas une société idéale, une revanche historique ou un rêve de grandeur et de puissance. La plupart du temps, elles comblent l’imagination de leurs fidèles (ce que l’on appelle la foi), c’est-à-dire l’une des attentes les plus fortes de la nature humaine.

Dans un numéro récent de La Nouvelle Revue d’Histoire (n° 63), j’avais anticipé sur l’actualité créée par Benoît XVI. Notre dossier était consacré au « Conflit du Trône et de l’Autel ». Dans l’éditorial de ce numéro (novembre-décembre 2012), j’expliquais les raisons historiques qui avaient permis, au IVe siècle de notre ère, à une secte religieuse d’origine juive de devenir la religion obligatoire de l’Empire romain et de devenir ainsi l’héritière improbable de Rome et de la romanité. Cela s’était fait après une véritable mutation interne parfaitement décrite par Benoît XVI dans son discours de Ratisbonne du 12 septembre 2006 (3). Le pape y avait insisté sur la « rencontre » fondatrice du message évangélique et de la pensée grecque qui l’avait précédé. C’était une façon de rappeler l’antériorité et l’importance de l’héritage grec et romain dans la formation de la civilisation européenne.

Pour cette raison et quelques autres, malgré sa constante repentance au sujet de la Shoah, ses tentatives de rapprochement avec l’islam et ses appels en faveur des immigrés extra-européens, alors que s’écarte volontairement Benoît XVI, on ne peut se garder d’un sentiment d’estime à l’égard de celui que la postérité regardera peut-être comme le dernier pape européen.

Dominique Venner

 Notes

  1. On peut se reporter entre autres à l’intéressante Histoire de la papauté, sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, préfacé par le cardinal Poupard (Tallandier, 2003).
  2. Le Choc de l’Histoire (Via Romana, 2011), p. 155 et s. (chapitre Mystique et politique).
  3. J’ai longuement commenté le discours de Ratisbonne de 1966 dans La NRH n° 27, p. 15