le site officiel de Dominique Venner

La triade homérienne. « L’avenir prend racine dans la mémoire du passé »

Categorie(s) : Réflexions, publié le 15 juillet 2009

Pour les Anciens, Homère était « le commencement, le milieu et la fin ». Une vision du monde et même une philosophie se déduisent implicitement de ses poèmes. Héraclite en a résumé le socle cosmique par une formulation bien à lui : « L’univers, le même pour tous les êtres, n’a été créé par aucun dieu ni par aucun homme ; mais il a toujours été, est et sera feu éternellement vivant… »

Pour une lecture de l’Iliade et l’Odyssée. La Bible des Européens

Categorie(s) : Réflexions, publié le 1 juillet 2009

« Quand j’étais en khâgne, se souvient François Jullien, l’un des esprits les plus acérés de notre temps, on nous appelait, avec un copain, les homérisants… Et je me suis de plus en plus convaincu que, si l’on cherche les catégories décisives de la pensée européenne (les catégories de l’ “action”, comme les catégories de la “connaissance”), c’est dans Homère ou Hésiode qu’il faut le faire, bien avant que dans Platon… Liez [l’Iliade et l’Odyssée] et vous obtenez les orientations décisives de la philosophie grecque[1]. »

Les poèmes fondateurs recèlent aussi la première expression d’une pensée historique. Au début de La guerre du Péloponnèse, Thucydide s’en rapporte à l’Iliade pour brosser à traits rapides l’histoire ancienne des Grecs, reconnaissant ainsi à Homère le mérite d’en avoir jeté les fondements. Mais ce mérite était peu au regard du reste. Inspiré par les dieux et par la poésie, ce qui est tout un, Homère nous a légué la source oubliée de notre tradition, l’expression grecque de tout l’héritage indo-européen, celte, slave ou nordique, avec une clarté et une perfection formelle sans équivalent. C’est pourquoi Georges Dumézil relisait intégralement l’Iliade chaque année.

Qui était Homère ? Laissons de côté les discussions des érudits. Seul importe ce que pensaient les Anciens. Pour ces derniers, la réalité du divin poète ne faisait aucun doute. De même n’ont-ils jamais douté de sa double paternité pour l’Iliade et l’Odyssée[2].

Les racines de l’Europe. D’Homère à Clovis

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 juillet 2009

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°43, juillet-Août 2009

Grande ambition que celle de ce dossier ! Une ambition devant laquelle ont renoncé les dirigeants de l’inconsistante Union européenne. Assumant notre fonction d’historiens, nous nous sommes attachés ici à la découverte des racines de l’Europe, conçue comme un héritage multimillénaire. Très logiquement, nous avons ouvert ce dossier par les poèmes fondateurs d’Homère, conduisant ensuite notre quête jusqu’à l’épanouissement du christianisme européen médiéval symbolisé par Clovis.

Radio : le « Libre Journal des Journalistes »

Categorie(s) : Radio, publié le 20 juin 2009

Le mercredi 1er juillet 2009, de 19 h 30 à 21 h, Dominique Venner sera l’invité d’Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie, pour parler de son essai Ernst Jünger, un autre destin européen.

Pour écouter Radio-Courtoisie :

– par satellite : CANALSAT
– directement sur le site Internet : www.radiocourtoisie.net
– liste des fréquences sur le site

Signature de Livres

Categorie(s) : Livre, Rencontre, Signature, publié le 14 juin 2009

A Paris, le dimanche 14 juin 2009, de 14 h à 18 h, Dominique Venner participera à la « Journée du Livre » de Radio Courtoisie. Il dédicacera ses ouvrages récents. Cette manifestation est organisée à l’Espace Champerret, Porte Champerret, Paris 17e.

“Nous sommes les enfants d’Ulysse et de Pénélope”

Categorie(s) : Entretien, Livre, Réflexions, publié le 10 juin 2009

Sur le livre de Dominique Venner
Histoire et tradition des Européens

(Essai publié aux Éditions du Rocher en 2002. Nouvelle édition modifiée en 2004. Une troisième édition est en préparation).

L’auteur répond aux questions de la journaliste Laure Destrée.

Question : En publiant Histoire et tradition des Européens, vous vous êtes écarté de vos travaux habituels. Dans ce livre, votre intention avouée est de jeter les bases d’une refondation européenne en partant à la découverte de nos sources. Vous le faites en décrivant l’histoire transnationale des Européens depuis la Préhistoire, en commentant les poèmes homériques qui sont un peu la Bible des Européens, en montrant aussi leurs prolongements dans la philosophie antique. Vous méditez sur Alexandre et l’Orient hellénistique, Rome, sa grandeur et sa décadence, la rupture introduite par Constantin et le christianisme. Vous insistez sur les renaissances ultérieures, celle des Francs et de Charlemagne, celle du Moyen Age celtique, celle, ensuite, du retour aux sources antiques. De page en page, on découvre des perspectives nouvelles, qu’il s’agisse de la féodalité, de l’amour courtois, des principes éducatifs, du rôle des élites, de la forme de l’Etat ou des fonctions multiples de l’Histoire, ce que vous appelez la “métaphysique de l’Histoire”. Pourquoi ce livre ?

Page 30 sur 32« 15293031 »