le site officiel de Dominique Venner

Violence et politique

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 15 septembre 2009

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°44, septembre-octobre 2009

Notre réflexion porte sur la violence politique et sociale, dont les motivations sont collectives. Toutefois, n’entrent pas dans notre sujet les guerres interétatiques ou nationales. En revanche, les guerres civiles, ethniques ou religieuses y ont leur place, de même que le terrorisme.

Vous avez dit Autochtone?

Categorie(s) : Édito, NRH, publié le 10 septembre 2009

Edito de la Nouvelle Revue d”Histoire n°44, septembre-octobre 2009

Il n’y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Je songeais à cet adage en lisant récemment la longue diatribe publique d’un helléniste à la retraite (1). Jouissant d’un statut privilégié en France même et aux Etats-Unis où il enseigna dans une université réputée, l’excellent professeur se moquait en terme choisis de ses compatriotes qui se veulent « autochtones », c’est-à-dire, comme le dévoile l’étymologie grecque, nés d’eux-mêmes, d’un même sang et d’une même terre.

Alexandre le Grand nous fait réfléchir

Categorie(s) : Édito, NRH, publié le 2 septembre 2009

Edito de la Nouvelle Revue d’Histoire n°43, juillet-Août 2009

L’histoire extraordinaire d’Alexandre le Grand offre aux Européens d’aujourd’hui une moisson d’enseignements. Le prétexte nous en est offert par la réédition en poche de la biographie du conquérant écrite naguère par Jacques Benoist-Méchin (1).

On connait le talent de cet historien à la fibre épique. Sa biographie fervente d’Alexandre fut, en 1964, le premier titre de la série du « Rêve de plus long de l’histoire » (8 volumes), dédiée à sa propre fascination pour l’Orient. Fascination qui n’avait pas cessé de s’exercer sur certains Européens au cours des siècles. Elle avait précisément pour origine les campagnes d’Alexandre, dont les retombées immenses et souvent malheureuses n’ont plus cessé. Benoist-Méchin n’a jamais masqué par ailleurs son attrait pour les personnages d’exception qui ont laissé leur empreinte sur l’histoire. Reconnaissons qu’avec le fils de Philippe de Macédoine, il ne pouvait mieux choisir.

Ernst Jünger. Un autre destin européen

Categorie(s) : Livre, NRH, publié le 15 août 2009

La remarquable étude que publie Dominique Venner n’est pas une biographie de plus consacrée à Jünger, qui redoublerait celles dues, en français, à Alain de Benoist, Banine, Towarnicki, Palmier ou Hervier. L’empathie, présente chez tous les biographes, est ici enrichie d’une circonspection interrogative qui manque souvent aux lecteurs de Jünger. Venner suit la chronologie des faits et gestes de son modèle, mais en s’efforçant de déchiffrer les mobiles d’événements ou de textes qui étonnent chez l’écrivain allemand : l’éloge du non-agir, par exemple, à l’œuvre dans Sur les falaises de marbre, ou les songeries utopiques du manifeste La Paix, de 1943. Tout ce qui ne semble pas aussi clair et droit que l’étaient le personnage et ses engagements, notamment dans la Grande Guerre, est ici immanquablement soumis à discussion, voire à controverse, de manière construite et instruite, non polémique.

Les racines de l’Europe. D’Homère à Clovis

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 juillet 2009

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°43, juillet-Août 2009

Grande ambition que celle de ce dossier ! Une ambition devant laquelle ont renoncé les dirigeants de l’inconsistante Union européenne. Assumant notre fonction d’historiens, nous nous sommes attachés ici à la découverte des racines de l’Europe, conçue comme un héritage multimillénaire. Très logiquement, nous avons ouvert ce dossier par les poèmes fondateurs d’Homère, conduisant ensuite notre quête jusqu’à l’épanouissement du christianisme européen médiéval symbolisé par Clovis.

Page 9 sur 9« 789