le site officiel de Dominique Venner

Louis XIV, admiré et contesté

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 5 novembre 2011

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°57, novembre-décembre 2011

Que Louis XIV ait suscité au fil du temps des sentiments très forts, on ne peut en douter. Il fut admiré et contesté en son temps. Il l’est toujours, même si les raisons ont changé. Pour rendre compte des aspects contrastés du règne, nous avons fait appel aux meilleurs historiens de la période.

L’imprévu dans l’Histoire

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 septembre 2011

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n° 56, septembre-octobre 2011

L’histoire (ce qui advient) nous surprend. Pas toujours, certes, mais souvent. Les périodes de calme apparent ont tendance à faire oublier cette grande et constante réalité de l’imprévu. Puis, soudain, comme un coup de canon, l’inattendu s’impose, renversant les certitudes et les plans les mieux établis. De ces chocs de l’histoire, on peut tirer matière à philosopher. Pour les illustrer, nous avons choisi quelques exemples incontestables et très différents. Ils sont tous passionnants et incitent à méditer si on le désire. Pour commencer, notre choix s’est porté sur l’événement immense que fut la fondation de l’Empire romain au lendemain de l’assassinat de César. Cela semble un fait naturel aujourd’hui. À l’époque, ce ne l’était nullement, comme le révèle l’historien réputé de l’Antiquité qu’est Yann Le Bohec (p. 42).

Comment naissent les révolutions ?

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 juillet 2011

Dossier de La Nouvelle Revue d’Histoire n° 55, juillet-août 2011

Comment naissent les révolutions ? C’est une question que l’on se pose au moins depuis 1789. L’actualité de l’année 2011 arendu le sujet brûlant, sans que l’on trouve nulle part de réponses satisfaisantes. Mais voici que la réédition du fameux essai La Révolte des masses d’Ortega y Gasset suggère des interprétations éclairantes que met en évidence Jean-Michel Baldassari (p. 35). Toutefois, des révoltes ne sont pas des révolutions. De révolutions, justement, il n’y en eu jamais qu’une seule véritable, un modèle pour toutes les autres, si l’on peut dire : la Révolution français de 1789, que décrypte pour nous Charles Vaugeois (p. 37).

Présentation du dossier “Mitterrand et le mystère français”

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 mai 2011

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°54, mai-juin 2011

Trente ans déjà ! 1981-2011. Personne n’ignore cet anniversaire. S’il nous intéresse, c’est en raison de la personnalité énigmatique de François Mitterrand et de ce qu’elle révèle d’une histoire française contemporaine largement occultée.

Le 8 janvier1996, dès la mort de l’ancien président, son successeur à l’Élysée, Jacques Chirac, en principe son adversaire, s’adressait aux Français d’un ton solennel : « À l’heure où François Mitterrand entre dans l’Histoire, je souhaite que nous méditions son message… » On imagine la perplexité des auditeurs. « Son message ». Oui sans doute, mais lequel ?

L’Italie. De la chute de Rome à l’unité de 1861

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 mars 2011

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°53, mars-avril 2011

Nous sommes attentifs aux anniversaires historiques et à ce qu’ils peuvent nous apprendre. En mars 2011 est ainsi célébré le 150ème anniversaire de l’unité italienne qui deviendra définitive en 1870 quand Rome rejoindra le nouvel Etat. C’est une très longue histoire qui commence en 476, date retenue pour marquer la fin de l’Empire romain d’Occident. Cette histoire se confond étroitement avec celle de l’Europe, au moins celle de son cœur carolingien. En cela, elle ne peut nous laisser indifférent, d’autant qu’elle est riche et trop peu connue.

Les Hommes et la Guerre

Categorie(s) : Dossier, NRH, publié le 1 janvier 2011

Dossier de la Nouvelle Revue d’Histoire n°52, janvier-février 2011

 

On connaît le premier vers de l’Énéide : « Arma virumque cano » : Je chante l’arme et la virilité, autrement dit, je chante la guerre et les guerriers. C’était il y a un peu plus de 2000 ans, à l’époque de la formidable restauration de Rome entreprise par Auguste. Virgile savait ce que Rome devait à la guerre, autant dire presque tout. Nous qui sommes les héritiers placides et souvent indignes de la Rome antique, nous pouvons trouver là matière à réflexions. Elles nourrissent notre dossier. Les guerres ont tour à tout des conséquences positives ou funestes. S’il y a un vainqueur, il y a aussi un vaincu. Naturellement, pour de pieuses raisons morales, on peut condamner le principe de la guerre, ce qui ne l’empêche nullement de continuer à s’imposer comme une réalité constante, capitale et souvent décisive de la vie des hommes, quelles que soient leur couleur, leur langue ou leur religion.

Page 2 sur 4123 »